THEATRE

J'abandonne une partie de moi que j'adapte

Justine Lequette / Group Nabla

Du mar 7 au ven 10 avril à 20h30 | Nantes ajouter à mon agenda

Du théâtre-vérité intelligent, pertinent et ludique.

En 1960, Jean Rouch et Edgar Morin réalisent le film documentaire "Chronique d’un été". Les deux intellectuels se réunissent pour regarder et comprendre le monde qui les entoure, interrogent des gens sur la question fondamentale : « c’est quoi le bonheur pour toi ? ».

Sous la direction de Justine Lequette, les quatre acteurs du Group Nabla s’emparent, du sujet sous forme théâtrale en prolongeant la réflexion en : « c’est quoi le monde dans lequel on vit ? » Ils mettent en rapport l’explosion intellectuelle des années 60 et la vie quotidienne d’aujourd’hui, interrogent la valeur travail, qui serait source de bonheur, jusqu’à se mettre à nu.
Un théâtre intelligent, sensible et accessible qui fait réfléchir.

> En coréalisation avec le TU-Nantes
 

► La presse en parle

 
Dans "J’abandonne une partie de moi que j’adapte", Justine Lequette nous emmène, avec quatre formidables et toniques comédiens, dans un spectacle kaléidoscopique plein de sons, d’images à vivre et de questions sur le bonheur. — GILLES BECHET - Bruzz

 

Le premier spectacle de Justine Lequette est une réussite, politique, poétique, drôle, dramatique, avec quatre excellents jeunes comédiens (Rémi Faure, Jules Puibaraud, Léa Romagny, Benjamin Lichou). Il questionne le bonheur aujourd’hui qui souvent, a disparu sous les coups d’un travail devenu précaire et aliénant et sous ceux d’un consumérisme absurde qui nous empêche de vivre nos rêves. — (G.Dt) - mercredi 29 novembre 2017 - La Libre Culture
 
 
« J’abandonne une partie de moi que j’adapte » est une création collective issue d’une pratique d’écriture de plateau très aboutie et d’une dynamique collective formidable. L’exceptionnelle syntonie qu’il y a dans le groupe rend le spectacle fluide et naturel et permet de souligner le talent individuel des comédiens. Cette création est une bouffée d’air frais. Le questionnement sur la poursuite du bonheur dans la société y est abordé d’une manière novatrice et énergique. —  Elisa De Angelis, 24 novembre 2017 - Le Suricate Magazine