THEATRE

J'abandonne une partie de moi que j'adapte

Justine Lequette / Group Nabla

Du mar 7 au ven 10 avril à 20h30 | Nantes ajouter à mon agenda

Du théâtre-vérité intelligent, pertinent et ludique.

Profondément marqués par le film documentaire tourné par Edgar Morin et Jean Rouch en 1960, Chronique d’un été, première expérience française de cinéma-vérité, Justine Lequette et ses quatre comédiens en reprennent les questions-clés, adressées à des passants, étudiants, ouvriers, employés, immigrés, dont l’entretien se prolongeait parfois dans un cadre plus intime.

Ces questions, qui portent sur le bonheur, la vie, le travail, les utopies etc., ils se les posent aujourd’hui dans une société qui, cinquante-sept ans plus tard, est à la fois restée la même et a beaucoup changé. Mettant les deux époques en perspective, ils insistent, en se nourrissant aussi de séquences documentaires de Pierre Carles, d’extraits de pièces d’Alexandra Badea ainsi que d’écritures de plateau, sur la question du sens que nous donnons à nos vies, dans une esthétique inspirée du réel mais qui toujours développe un point de vue et une dimension ludique.

Un théâtre intelligent, sensible et accessible qui fait réfléchir.

> En coréalisation avec le TU-Nantes
 

► La presse en parle

 
Dans "J’abandonne une partie de moi que j’adapte", Justine Lequette nous emmène, avec quatre formidables et toniques comédiens, dans un spectacle kaléidoscopique plein de sons, d’images à vivre et de questions sur le bonheur. — GILLES BECHET - Bruzz

 

Le premier spectacle de Justine Lequette est une réussite, politique, poétique, drôle, dramatique, avec quatre excellents jeunes comédiens (Rémi Faure, Jules Puibaraud, Léa Romagny, Benjamin Lichou). Il questionne le bonheur aujourd’hui qui souvent, a disparu sous les coups d’un travail devenu précaire et aliénant et sous ceux d’un consumérisme absurde qui nous empêche de vivre nos rêves. — (G.Dt) - mercredi 29 novembre 2017 - La Libre Culture
 
 
« J’abandonne une partie de moi que j’adapte » est une création collective issue d’une pratique d’écriture de plateau très aboutie et d’une dynamique collective formidable. L’exceptionnelle syntonie qu’il y a dans le groupe rend le spectacle fluide et naturel et permet de souligner le talent individuel des comédiens. Cette création est une bouffée d’air frais. Le questionnement sur la poursuite du bonheur dans la société y est abordé d’une manière novatrice et énergique. —  Elisa De Angelis, 24 novembre 2017 - Le Suricate Magazine